• S'Informer

  • 1

courtagetravaux.fr Financer ses travaux553a433ad21ec 

Rénovation des ponts du boulevard Schuman

Les ponts aux Fortifications et Schuman seront en travaux jusqu'à fin août. En 2019, ce sera au tour du pont des Alliés.
Galère en vue pour les 44000 automobilistes qui empruntent quotidiennement les ponts du boulevard Schuman. La ville de Thionville a planifié des travaux à partir du lundi 26 février, afin de rénover le pont aux Fortifications (qui surplombe le bras de décharge de la Moselle) et le pont Schuman (qui passe au-dessus des voies ferrées).
Dans une première phase, jusqu’au 15 mai, les deux voies seront fermées dans le sens Yutz-Thionville: la circulation continuera de se faire dans les deux sens mais sur une seule voie dans chaque direction.
Dans une seconde phase, à partir du 15 mai et jusqu’à fin août, le dispositif sera basculé de l’autre côté. Une piste cyclable sera préservée.
À partir du 15 janvier 2019, ce sera au tour du pont des Alliés de se refaire une beauté, et ce, pendant 5 mois, jusqu’à fin mai 2019. La circulation se fera sur le même modèle que pour les travaux de 2018.
Outre des travaux de réhabilitation générale des structures, les trois ponts se verront doter de nouveaux éclairages et de nouveaux gardes corps. Les chaussées et les trottoirs seront également rénovés, tout comme les escaliers qui mènent du pont Schuman à la gare. 
Coût de l'opération : 2,8 millions d'euros.
28/02/2018

Securite routiere actualites large

 

 

 

Ce qui va changer en Moselle en 2018 !

Collèges rénovés, maintient des infrastructures routières, augmentation des contrôles et des nombres de radars, aider les jeunes agriculteurs à s'installer...

Des collèges rénovés, davantage d'aides aux collectivités ainsi qu'une nouvelle politique en faveur de l'agriculture. Se sont les promesses du Président du Département de la Moselle, Patrick Weiten. Le budget de 2018 sera alloué à ces secteurs d’activité mais pas seulement. La sécurité routière est la priorité absolue.

Le Département de la Moselle semble avoir clairement établi les priorités. En premier lieu, une partie du budget à hauteur de 15 millions d'euros sera consacré aux opérations structurantes des collèges. Les premiers travaux concerneront les collèges de Stiring-Wendel, de Fontenoy et la demi-pention de la cité scolaire Erckmann Chatrian de Phalsbourg.

Un enjeu transfrontalier 
Les établissements du Département recevront un petit coup de jeune dans les prochains mois et un autre collège pourrait bien voir le jour prochainement à la frontière du Luxembourg dans le but de renforcer les deux pays. Ce projet serait basé sur le modèle que celui du lycée germano-luxembourgeois Shengen-Perl.

La sécurité routière, une priorité absolue 
Le taux d'accidentologie en Moselle est en hausse depuis 2016. Le Département souhaite agir de façon efficace pour le faire chuter et les chantiers sont nombreux pour sécuriser les 4200 kilomètres de routes départementales. Informer, sensibiliser, maintenir la qualité des infrastructures routières... mais surtout, augmenter les contrôles et le nombre de radars.

Une politique en faveur de l’agriculture
Sauver le monde agricole qui est aujourd'hui en grande difficulté est un des voeux du Département de la Moselle. Les exploitations se font de plus en plus rares et le taux d'endettement est fort. Le souhait est de développer une agriculture plus compétitive, faire de l'installation de jeunes agriculteurs une priorité et faire connaître la Moselle à travers tous ses produits de qualité, pas uniquement le lait, la viande et les céréales.

D'autres projets sont également prévus comme celui de maintenir une forte aide aux collectivités, diviser par deux la taxe d'aménagement afin de susciter l'investissement immobilier et renforcer son attractivité.

08/02/2018

 

Lorraine airport

Lorraine airport booste ses activités !

Ragaillardi par une progression du nombre des voyageurs accueillis en 2017, l’aéroport de Metz-Nancy compte poursuivre son redressement cette année avec l’ouverture de nouvelles destinations. Ayant progressé de plus de 6% l’an dernier avec 246.366 passagers, l’aéroport de Metz-Nancy Lorraine  affiche de nouvelles ambitions (cf. médias français).
 
Les projets programmés pour le printemps prochain seront :  
 
La présence d'un duty free en salle d’embarquement, d'un premier restaurant (en complément de son snack-bar que le groupe BeFly devrait rénover), ouverture de nouvelles lignes, notamment sous l'impulsion de Hop ! (filiale low-cost d'Air France) qui aura pour destination Marseille (à compter du mois de mars) et Bastia (pendant les périodes d'avril et octobre). 
 
En plus de la compagnie française, Air Algérie a aussi fait part de son souhait de renforcer ses vols à destination d’Alger, tandis que l’Allemande TUI souhaite proposer davantage de vols réguliers vers Casablanca, le Maroc et quatre nouvelles destinations (en plus des 14 qu’elle exploite déjà) : Djerba (Tunisie), Athènes (Grèce), Agadir (Maroc) et Fuerteventura (Îles Canaries).
 
Géré par la Région Grand Est depuis 2016, Lorraine Airport  vise à retrouver l’équilibre financier d’ici 2020. Et tutoyer ne serait-ce qu’un peu ses principaux concurrents que sont les aéroports de Bâle-Mulhouse (8 millions de passagers en 2017, +7,9%), Luxembourg (3,6 millions, +20%) et Strasbourg (1,2 million, +12,7%).

08/02/2018

 

Nord-Mosellan : Les acheteurs élargissent leur périmètre de recherche !

Entre Metz et Thionville, la demande sur le secteur d'Amnéville-Hagondange s'affine. Jeunes couples et frontaliers jettent leur dévolu sur de petites communes jusque-là quelque peu délaissées.
 
Les raisons :  
1/ Ecarts de prix : Les jeunes couples notent une différence de prix conséquente dès lors qu'ils élargissent leur périmètre de recherche.  
2/ L'atout routier : De plus en plus de jeunes mosellans s'installent à "bon marché" dans les quartiers de Boulange à Grand-angle ou encore Riche-mont-village, afin de ne pas subir les aléas de la circulation. 
3/ Proche frontières : Les frontaliers habituellement intéressés par les secteurs de Thionville-Nord, toujours très prisés, semblent, aujourd'hui, attirés par Metz, Amnéville, Bousse, Bertrange et jusqu'à Malroy.

12/12/2017

 

Grand Est : Des mètres carrés à petits prix !

Plusieurs secteurs ruraux du Grand Est figurent parmi les moins chers de France au m². Réjouissant ?

Pas sûr. Les prix sont en effet le miroir de l’attractivité de ces secteurs.

À la sortie du village, les parpaings d’une maison en construction s’inscriraient presque à contre-courant. Morizécourt, une petite commune des Vosges à la frontière de la Haute-Marne, vient de se voir décerner une palme inattendue par le magazine Challenges. Cette commune rurale de 114 habitants serait la moins chère de France, avec 455€ du m².

À l’heure où les prix de l’immobilier redémarrent (+3 % sur le territoire français en moyenne depuis 18 mois) grâce aux taux d’intérêt attractifs, des affaires immobilières intéressantes peuvent être dénichées dans certaines zones rurales… si l’on considère le seul argument du prix. L’analyse est évidemment moins emballante dans la réalité, la faiblesse des prix reflétant d’abord un ensemble d’indices économiques et sociaux. L’absence d’attractivité touristique, le vieillissement de la population, le faible pouvoir d’achat et surtout la morosité de l’emploi expliquant cela. Des prix bas liés au degré d’attractivité

Pas un hasard, d’ailleurs : armé des chiffres du site meilleursagents.com, le magazine recense une bonne dizaine de villages de ce secteur rural qui affichent des prix moyens au m² défiant toute concurrence. Tollaincourt, Rocourt, Rozières-sur-Mouzon, Serécourt ou Lamarche (485 €) oscillent dans des proportions voisines. La moyenne en France se situe autour de 2 500 € du m²

Plus au sud, pas de quoi se réjouir davantage en Haute-Marne ou dans certaines communes de la Meuse, qui figurent parmi la fourchette basse : à peine plus de 500 € du m² en moyenne. Longtemps agent immobilier, Didier Courrèges a fait le choix de réorienter partiellement son parcours professionnel. « Ces chiffres sont à rapprocher du degré d’attractivité faible de ces régions, hélas, déplore-t-il. Il n’est pas rare de voir de très belles maisons rester plus d’un an en vente faute d’acheteur. » À Coiffy-le-Haut, un secteur viticole plus coquet, le mouvement est tempéré par les achats des touristes néerlandais en quête de calme, de sérénité, et de… bas prix. « Les Néerlandais sont parmi les plus durs négociateurs », poursuit le professionnel.

Or, dans le secteur « c’est l’acheteur qui fixe les conditions », estime l’agent immobilier Noël Dourdin. « Quand je parle des tarifs de notre zone à mes collègues du reste de la France, j’en surprends plus d’un. Il arrive qu’on vende des maisons à moins de 400 € du m². Quand on a un budget compris entre 80 000 et 150 000 €, on parvient à avoir des produits impeccables ».

Conséquence de la situation économique difficile : le peloton de queue des tarifs immobiliers de l’analyse se concentre sur des secteurs des Vosges, de Haute-Marne, de la Meuse et de Haute-Saône. Difficile d’y lire l’effet d’une simple coïncidence géographique.

Article du Républicain Lorrain, auteur : Antoine Pétry

17/10/2017

 

Meurthe-et-Moselle : Un nouvel indicateur pour évaluer votre bien immobilier !

Depuis quelques mois déjà, la base PATRIM du service des impôts permet à chacun de mieux évaluer un bien immobilier en consultant la réalité des transactions dans les environs. Pour l'administration, Patrim est une aide à l'estimation des biens immobiliers dans le cadre exclusif d'une déclaration d'ISF ou de succession, d'un acte de donation ou d'une procédure administrative (contrôle fiscal, expropriation), de la vente ou l'acquisition potentielle d'un bien immobilier ou pour le calcul des aides personnelles au logement. Pour accéder à Patrim, il faut juste avoir son numéro fiscal. L'outil semble intéressant en milieu urbain comme Nancy, car il y a de nombreuses transactions, par contre il l'est moins dans le milieu rural où les ventes sont faibles. Chaque bien étant spécifique, il est difficile d'évaluer au juste prix, cependant le simulateur donne une série de transactions qui permet d'obtenir une fourchette de prix réels et de se faire une idée.

18/09/2017

 

Inauguration de Metz centre-ville

etixia inaugure le jeudi 18 mai 2017, et en présence de
Monsieur le Maire Dominique GROS,  l’immeuble Petit Paris
Saint Jacques situé en centre-ville de Metz, l’ensemble donnant
sur la rue du Petit Paris et la place Saint Jacques.

Cette belle restructuration de l’immeuble Kiabi a permis la création
de deux boutiques supplémentaires occupées par les enseignes
Vapiano et Flying Tiger sur respectivement 730m² et 275m².
Le magasin Kiabi, quant à lui, s’étend sur 2400m².

Retrouvez le  dossier de presse de l’inauguration de Metz centre ville.

 

Les travailleurs frontaliers de la nouvelle région

Depuis sa création via la réforme des collectivités adoptée en 2015, la région ACAL (Alsace, Champagne Ardennes, Lorraine) compte au total 800 km de frontière avec l'Allemagne, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg. Et c'est pour ce pays en particulier que les travailleurs frontaliers ont fait le choix de la traverser. En effet, selon une étude INSEE (données de 2012) reprise par lessentiel.lu , la nouvelle région rassemble à elle seule plus de 40% des travailleurs frontaliers du pays, et avec 70 000 travailleurs passant la frontière chaque jour (soit 44%), le Luxembourg reste la destination privilégiée. Ils semblent venir en particulier des grandes villes limitrophes comme Thionville ou Longwy.

04/03/2016

 

Devenir Propriétaire: le bon compromis

articlemodifie