• S'Informer

  • 1

Le crowdfunding immobilier a le vent en poupe

Mais d'abord, qu'est-ce que le crowdfunding (ou financement participatif) ? Il s'agit un mécanisme qui a pour objectif de collecter les apports financiers d'un grand nombre de particuliers au moyen d'une plateforme Internet. L'objectif de cette collecte est le financement d'un projet.

Revenons à 2020 : Le financement participatif dans la pierre a encore le vent en poupe. En effet, pour l'année 2020, il est constaté un rendement aux investisseurs de 9,3 % (selon la 5ème édition du baromètre du crowdfunding immobilier réalisée par la plateforme Fundimmo et l'agrégateur de projets HelloCrowdfunding).

L'étude a été effectuée auprès de 32 plateformes et démontre que ce modèle est viable. Le rendement est en hausse de 0,1 point par rapport à 2019. A commencer par les remboursements de 180 millions d'euros en 2020, contre 103 millions d'euros en 2019 (soit +75 %). La collecte a grimpé, quant-à-elle, de 35 % sur un an, à 505 millions d'euros. Malgré la crise économique et la mise en standby des chantiers de construction pendant le premier semestre, suivie d'une reprise progressive dès l'été 2020, les investisseurs ont bien été au rendez-vous. On notera une augmentation en 2020 de 20 %. Le ticket moyen a bondi de près de 200 % à 4.711 euros, contre 1.581 euros en 2019 et le ticket d'entrée fixé à 1000 euros sur la plupart des plateformes. Cette collecte a été également soutenue par de nombreux investisseurs professionnels capables d'injecter 100 000 euros sur une opération.

Une crise à l'horizon 2022 s'annonce : Le côté positif est le taux de défaut qui s'est limité seulement à 0,16 % l'an passé, contre 0,57 % en 2019. Même tendance pour les retards de remboursements à 4,4 % (soit -1,91 point par rapport à 2019) lorsqu'ils ne dépassent pas 6 mois et 5,7 % (soit -1,99 points) au -delà de cette durée. Toutefois, cette photographie pourrait être trompeuse et on pourrait considérer que le risque pour l'investisseur réduit en 2020 est erroné. Effectivement, le délai entre la collecte et le remboursement varie traditionnellement entre 18 et 24 mois. L'impact de la crise Covid ne sera visible que dans un an et jusqu'à fin 2022. D'après les experts, cet impact pourrait être limité, mais il est bien réel. Les taux de retard pourraient ainsi augmenter au moins aux mêmes niveaux que fin 2019 (respectivement 6,41% pour les délais inférieurs à 6 mois et 7,69% pour un retard supérieur), tandis que le taux de défaut grimperait à 2%, voire 3% dans les deux prochaines années.

Vers la garantie d'un capital pour les investisseurs : Malgré la hausse attendue des retards et défauts dus à la crise Covid-19, les investisseurs devraient continuer d'être en 2021 au rendez-vous. Bonne nouvelle pour les investisseurs, le secteur souhaiterait aller plus loin. En effet, forte du constat réalisé lors du premier confinement, le crowdfunding immobilier attire actuellement les investisseurs qui acceptent de prendre des risques. Les dix principales plateformes du marché regroupant 90 % de la collecte ont donné leur accord afin de développer une nouvelle offre basée sur la garantie du capital pour l'investisseur. Lancé au mois de janvier 2021 avec Marsh, leader mondial du courtage en assurance et de gestion des risques, ce nouveau projet devrait aboutir avant la fin de l'année. Les experts estiment, entre 2 et 3 millions, le nombre de personnes convaincues d'investir en l'absence de prise de risque.

Exit les collectes à venir, mais quels sont les débouchés ? Fundimmo se montre très confiant sur ce point. A fin 2020, le crowdfunding immobilier a adressé moins de 800 opérateurs immobiliers, sur les 5.000 à 6.000 du marché. Le nombre de projets financés, à savoir 589 opérations en 2020 (+8% sur un an), devrait donc encore grimper. Raison de plus pour se montrer encore plus sélectif au moment de placer l'argent sur une plateforme de crowdfunding immobilier en attendant l’arrivée d’une solution à capital garanti. La diversification, en misant sur plusieurs projets, doit également figurer parmi les priorités pour limiter la prise de risque.

25/01/2021