• S'Informer

  • 1

Le logement neuf en danger !

Le Président de la Fédération Française du Bâtiment, Jacques Chanut alerte de nouveau les politiques sur l'avenir du logement neuf en France.

Force et de malheureusement constater que les chantiers sont en baisse de 3,65 % sur douze mois et que les permis de construire reculent de 5,9 %. Une crise majeure s'annonce et le sentiment de non réaction pour l'éviter demeure.

Certains évoqueront les prix qui augmentent, les municipalités qui génèrent de l'attentisme, pourtant ces paramètres touchent également le non résidentiel qui lui reste en nette progression. La question se pose sur le devenir de la construction neuve.

La véritable cause du retournement se trouverait dans la volonté de Bercy de réduire les coûts des aides au logement, faussement présentées comme inflationnistes et inefficaces, donc inutiles. Faute de baisse des dépenses de fonctionnement de l'Etat et des prélèvements obligatoires, ce dernier risque en sabrant les dépenses d'investissement porteuses d'avenir pour l'attractivité des territoires de d'endiguer la chute. La réforme des APL est un début. Elle laisse perplexe les observateurs quant à la capacité durable à produire du logement abordable. L'annonce de la suppression du PTZ, d'abord en B2 et C, puis plus largement, la réduction du dispositif Pinel, représenteraient la raison du retournement actuel du marché de la construction.

La construction risque de payer le prix fort, alors que l'immobilier a besoin de stabilité. Malgré un marché du crédit où les taux sont historiquement bas, la crise de l'immobilier et des territoires frappera assurément en premier lieu les plus fragiles.

Les experts annoncent une crise majeure du logement pour demain qui engendrera des faillites et pertes d'emplois. Seule un plan viable présenté à l'occasion du vote de la loi de finances pour 2020 pourrait permettre d'éviter ce crash.

15/11/2019