• S'Informer

  • 1

PAP assigné en justice par la FNAIM

La FNAIM (Fédération nationale de l'immobilier) a décidé de poursuivre en justice PAP (Particulier à Particulier) site leader d'annonces immobilières, pour dénigrement de la profession d'agent immobilier et exercice illicite de l'activité sans détention de carte.

La raison du déclenchement des hostilités vient de l'initiative de PAP qui a lancé le 10 janvier une offre commerciale dénommée "Mieux qu'une agence" et proposant aux annonceurs un coaching immobilier avec une estimation du prix de vente, des photos professionnelles, une visite virtuelle du logement, le filtrage des contacts, une assistance juridique, pour un tarif forfaitaire de 690e. L'objectif étant d'offrir la même prestation que les agents immobiliers mais à un tarif beaucoup moins onéreux. A l'appui de son argumentaire plutôt offensif, PAP explique que les Français ont, en 2018, dépensé 6,2 milliards d'euros en frais d'agence immobilière, avec une commission moyenne de 5,4 % du prix de vente. Avec cette nouvelle offre, PAP ferait ainsi gagner aux particuliers 5,8 milliard d'euros. Ce produit commercial, appuyé d'une campagne d'affichage avec le slogan "Et si le meilleur agent immobilier c'était vous ?", inquiète fortement la profession. En s'exprimant lors d'une interview avec France Info, la présidente de PAP aurait, d'autant plus, tenu des propos, semble-t-il, assez fort à l'encontre des agences immobilières. La FNAIM attaque cette dernière pour "dénigrement de la profession" et lui reproche également l'exercice illicite du métier d'agent immobilier, sans détention d'une carte professionnelle attestant d'un diplôme, d'une assurance et d'une garantie financière. A noter que PAP a dans ses rangs la profession de mandataire exerçant en délégation d'une seule carte par réseau (IAD, CAPI, OptimHome...) qui dévoie ce principe. Rappelons que les agents immobilier ne peuvent pas, par ailleurs, percevoir la moindre commission avant la conclusion de la transaction et reprochent à PAP de facturer ses services en amont. Particulier à Particulier rétorque dans un communiqué du 13 juin, qu'en l'absence de tout mandat de vente, il ne joue nullement le rôle d'intermédiaire et propose seulement des services. La suite... le 20 juin au Tribunal de commerce de Paris.

17/06/2019